mise à jour le 4 February 2014
© Anne Selders

Pierre Henry

Compositeur français né le 9 décembre 1927 à Paris.

Pierre Henry est né le 9 décembre 1927. Il étudie la musique dès l’âge de sept ans et suit, entre 1937 et 1947, les classes d’Olivier Messiaen, Félix Passerone et Nadia Boulanger au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. De 1944 à 1950, il compose quelques œuvres instrumentales et mène une carrière de musicien d’orchestre en tant que pianiste et percussionniste. Il commence dès cette période des recherches sur une lutherie expérimentale.

En 1948, il compose une première musique de film Voir l’invisible interprétée avec des objets acoustiques. Il rejoint Pierre Schaeffer en 1949 et, ensemble, ils créent la Symphonie pour un homme seul en mars 1950. Il dirige les travaux au Groupe de Recherche de Musique Concrète (GRMC) de la radio de 1950 à 1958.

En 1958, il quitte la R.T.F. et fonde son studio : APSOME, rue Cardinet à Paris qui sera le premier studio privé consacré aux musiques expérimentales et électroacoustiques. Il y poursuit seul ses recherches pures, en y associant des techniques nouvelles et des procédés électroniques dont il est l’inventeur. Il explore sans relâche cet univers musical sans précédent, surmontant, adaptant les technologies en constante évolution avec une maitrise très sûre de la pratique musicale la plus classique.

Il auto-finance son studio de 1958 à 1982, en réalisant de nombreuses musiques de films, de scènes et publicitaires. En 1955, le chorégraphe Maurice Béjart utilise la Symphonie pour un homme seul. Suivront quinze ballets en collaboration entre les deux artistes. Il collabore par ailleurs avec les chorégraphes Georges Balanchine, Carolyn Carlson, Merce Cunningham, Alwin Nikolaïs, Maguy Marin. Parmi ses nombreuses musiques de films, citons le prestigieux L’Homme à la Caméra de Dziga Vertov. Il réalise enfin des performances avec les plasticiens Yves Klein, Jean Degottex, Georges Mathieu, Nicolas Schöffer, Thierry Vincens.

Entre 1967 et 1980, Philips produit dix-huit disques des œuvres de Pierre Henry dans la collection Prospective du 21° siècle, et une édition de dix-neuf disques présentant trente-deux œuvres majeures du compositeur.

En 1982, Henry est le directeur artistique du nouveau studio SON/RE, dans le douzième arrondissement, subventionné par le Ministère de la Culture et la Ville de Paris. Plus de soixante-dix œuvres nouvelles y seront réalisées, dont Intérieur/Extérieur (1996), Histoire Naturelle (1997), La Dixième remix (1998), Les sept péchés capitaux (1998), Une Tour de Babel (1999), Tam Tam du Merveilleux (2000), Concerto sans orchestre (2000), Hypermix (2001), Poussière de soleils (2001), Dracula (2002), Carnet de Venise (2002), Zones d’ombre (2002), Labyrinthe! (2003), Faits divers (2003), Duo (2003), Lumières (2004) et Voyage initiatique donné du 13 au 27 mars 2005 dans le cadre des soirées « Pierre Henry chez lui III » au domicile du compositeur, Comme une symphonie, hommage à Jules Verne 2005, Orphée dévoilé, Pulsations créée en juillet 2007 à Riga, et Objectif terre le 11 juillet 2007 au Festival d’Avignon et sur l’Esplanade de la Défense à Paris le 4 août 2007 devant 6000 spectateurs.

A l’occasion de ses 80 ans, il compose trois œuvres nouvelles, Utopia créée à la Saline Royale d’Arc et Senans, Trajectoire, donnée Salle Olivier Messiaen de Radio France le jour de son anniversaire, et le 20 mars 2008 Pleins jeux à la Cité de la Musique. En août 2008, 22 concerts « Une heure chez Pierre Henry » ont lieu dans le cadre du festival Paris Quartier d'Été. En octobre de la même année, l'œuvre Un monde lacéré est créée au Centre Pompidou, en hommage au peintre Jacques Villeglé. Il compose ensuite Utopia Hip-Hop, Capriccio ainsi qu'une nouvelle version de Dieu d’après Victor Hugo, jouée par Jean-Paul Farré dans la maison de Pierre Henry du 20 juillet au 8 août 2009.

Pierre Henry a réalisé une reconstitution de la version originale de la Symphonie pour un homme seul (1950) à partir des sons de bases sur disques souples, repiqués et numérisés par la Bibliothèque nationale de France, dont le titre est Symphonie collector, créée le 9 janvier 2010 à Radio France. En hommage à Jean-Sébastien Bach, il compose L’Art de la fugue odyssée, créé à l’Eglise Saint-Eustache à Paris dans le cadre de sept concerts programmés par Paris quartier d’été en juillet 2011. Le fil de la vie  est créé à la Cité de la Musique à Paris le 29 septembre 2012. Il compose deux nouvelles œuvres en 2013, Fragments rituels et Crescendo.

Les nombreux concerts de ses œuvres sont donnés dans le monde entier, avec le souci constant d'une grande maîtrise de la spatialisation. Novateur dans le domaine de l'exploration du son, défenseur d'une esthétique libre et ouverte, pionnier dans les recherches technologiques, Pierre Henry aura ouvert la voie à de nombreux univers des musiques nouvelles, notamment électroniques. Depuis 1995, toute une génération des musiques actuelles lui rend hommage pour ses inventions, reprises pour la plupart par les technologies manufacturées d’aujourd’hui. La modernité de Pierre Henry fait de lui, selon le Monde, « le grand réconciliateur des générations » (juillet 2000).

Prix

Grand Prix de l’Académie Charles Cros 1970 - Grand Prix National de la Musique 1985 - Grand Prix de la Sacem 1987 - Victoires de la Musique 1988 - Grand Prix de la Ville de Paris 1996 - Grand Prix de la SACD 1996 - Prix Karl Sczuka 1997 - Hommage des Victoires de la Musique 1998 pour l’ensemble de sa carrière - Qwartz Electronique d’honneur 2005 - Prix du Président de la République de l’Académie Charles Cros 2005 pour l’ensemble de son œuvre - Commandeur de la Légion d’Honneur - Commandeur des Arts et Lettres - Officier de l’ordre du Mérite.


© Ircam-Centre Pompidou, 2014

Sources

  • Isabelle Warnier, studio de Pierre Henry, 2013.

Pierre Henry, ou la musique concrète interprétée

Par Frank Langlois

Au fil d'une vie

Né à Paris, dans une famille où la musique classique importait, Pierre Henry passa son enfance dans un village francilien, à la lisière d’une forêt dont les sons le frappèrent. Associées à de précoces dons musicaux, ces images-sons mentales de la nature le disposèrent à quérir et à scruter l’inouï et l’inconnu.

Pianiste et percussionniste, il étudia au Conservatoire national de musique de Paris de 1937 à 1947. Grâce aux instruments percussifs (la plupart à hauteurs infixées et inanalysables) qu’il touchait, il fut sans doute, de tous ses condisciples, un des rares à envisager spontanément le geste musical, non pour jouer une écriture abstraite, mais comme la manipulation d’un matériau sonore large, puissant et impur, que l’écriture académique ne pouvait, seule, faire advenir à la réalité. Aussi envisagea-t-il les instruments acoustiques qu’il jouait alors (le piano et les percussions) comme des générateurs de sons. En 1947, il commença à « préparer » des pianos et à forger une lutherie expérimentale :

« Toucher, taper, frapper, effleurer. Finalement, j’avais installé chez moi toute une construction d’instruments-objets. Tous ces appareils me permettaient d’inventer des sons nouveaux, de trouver des effets assez inouïs. Alors j’ai décidé de devenir compositeur. Avec des sons différents. Être inventeur de sons. »1

Peu après qu’il eut rejoint le Studio d’essai de la Radiodiffusion française (bientôt dénommé Groupe de recherches de musique concrète, alias GRMC), Pierre Schaeffer lui proposa d’être son collaborateur permanent. À cette époque, la musique concrète (faite à partir de sons acoustiques captés par un microphone) s’opposait à la musique électronique (constituée de sons produits par les seuls appareils électroniques) que, à la radio publique de Cologne (la WDR), Eimert, Koenig et Stockhausen concevaient. En 1956, à la dénomination de musique concrète, Pierre Henry préféra celle de musique électroacoustique ; toutefois, au même moment, lui-même (avec Haut voltage) et Karlheinz Stockhausen (avec Gesang der Jünglinge) avaient déjà dépassé cette dialectique entre le concret et l’électronique.

Pour Pierre Henry, les années 1950 furent déterminantes. À leur orée, Symphonie pour un homme seul est doublement emblématique : elle est collective, car co-signée avec Pierre Schaeffer ; et, par-dessus tout, elle est créée lors d’un concert de musique concrète « interprétée » (le compositeur régit la diffusion dans l’espace de la salle). Ce second aspect était et demeure une des signatures de Pierre Henry. Puis, dès son « premier opus », Musique sans titre (1951), le compositeur décida d’organiser ce terrain vierge qu’était le champ électroacoustique en se constituant des « dictionnaires de sons ». Au Donaueschinger Musiktage de 1953, Le voile d’Orphée inaugura trois constituants majeurs de sa création : deux touchant à son langage (des temporalités étirées et des perspectives spatiales creusées) et une troisième à sa poétique (la mort et ses rituels).

Puis, trois nouvelles pierres. En 1955, débuta la collaboration avec Maurice Béjart, qui, vingt ans durant, allait muer des œuvres destinées au concert en des musiques chorégraphiques. En 1956, Haut voltage marque l’histoire de la musique électroacoustique : Pierre Henry fondit, en une œuvre, le concret et l’électronique, le vocal et l’instrumental. Et en 1958, Orphée ballet ouvrit un processus, par lequel Pierre Henry organisait un monde sonore universel (il provient du monde végétal, de la gente animale et de l’être humain).

Plus matériellement, Pierre Henry, en 1958, quitta le GRMC (depuis 1953, il en était le directeur artistique) et fonda APSOME, son propre studio de musique électroacoustique ; dépourvu de commandes, il y vécut de contrats de prestataire (assistance technique pour des disques ; musiques publicitaires et créations sonores pour des films de fiction). Et diriger le son lors des nombreuses tournées où Béjart et ses Ballets du XXe siècle (alors basés au Théâtre royal de La Monnaie, à Bruxelles) dansaient sur sa musique amena Pierre Henry, pour s’adresser à de vastes auditoires, à privilégier une expressivité humaniste (presque un expressionnisme).

Dans ce sillage, Pierre Henry fit de la musique électroacoustique un large événement. Événement scénique, tel ce « concert couché » donné, en 1967, lors du festival Sigma à Bordeaux (il y régissait le son depuis un ring de boxe central, alors que le public était allongé sur des matelas et, à l’entracte, était invité à danser). Mais également événement au cœur des industries culturelles, grâce à un contrat avec l’éditeur phonographique Philips : Jerks électroniques triomphe au hit-parade, au milieu des tubes de la pop music, tandis que les principales œuvres de studio sont accueillies dans la fameuse collection Prospective du XXIe siècle.

En ce début des années 1970, Pierre Henry fut le seul compositeur à simultanément triompher dans les lieux emblématiques de la musique contemporaine (Festival de Royan ; Semaines musicales internationales de Paris, où, avec Apocalypse de Jean, il réalise ses premiers concerts-fleuve qui excèdent vingt-quatre heures) et dans les grandes salles du music-hall (L’Olympia). Et tout au long de cette décennie, il délaissa les recherches d’écriture au profit d’expériences pluridisciplinaires : musique électronique instantanée, Corticalart, à partir d’ondes électriques cérébrales ; un opéra cybernétique, Kyldex, sur des sculptures « lumino-dynamiques » de Nicolas Schöffer ; un « concert spontané et dansé », Enivrez-vous, avec Carolyn Carlson ; et un spectacle musical, cinématographique et lumineux, Futuristie, en hommage à Luigi Russolo, un des fondateurs du Futurisme italien.

En 1982, pour la première fois bénéficiaire d’aides publiques (le Ministère de la culture, que, en 1993, la Ville de Paris rejoignit), Pierre Henry fonda Son/Ré, son nouveau studio personnel. Grâce à cet outil, il déploya sa création dans trois directions : il créa des œuvres dans des durées toujours aussi amples ; il renoua avec la création radiophonique (pour la WDR, divers Hörspielen, dont Christal/Mémoire, en 1988, d’après Marcel Proust et Schubertnotizen, en 1994 ; et pour Radio France, Pierres réfléchies en 1982, Hugosymphonie en 1985 et Les chants de Maldoror en 1993 ; enfin, des concerts dans son domicile. En 1992, une commande de la Cité de la Musique, Le fil de la vie semble résumer sa récente création, entre « voyage d’introspection » et « décomposition de certaines de mes œuvres ».

Pionnier et démiurge

En sa démarche (travailler des sons et non des notes) que, dès les années 1950, il partagea avec Stockhausen et Xenakis, Pierre Henry a davantage agi en plasticien ou cinéaste qu’en compositeur normatif, même d’avant-garde. Pionnier, il s’est voué à la seule musique électroacoustique, terre alors vierge. Il y a tracé des sillons (formels, techniques, esthétiques et expressifs) certes personnels mais aussi disciplinaires ; sa création grouille d’une tension dynamique entre son invention en studio et le geste interprétatif par lequel cette œuvre est projetée dans l’espace de diffusion (Pierre Henry a rarement délégué cette tâche à un autre que lui). Aussi clame-t-il : « Je veux qu’on ait l’impression que les haut-parleurs sont des musiciens. »2 Puisque, selon lui, composer c’est assembler, il refuse l’installation sonore. Et, parce qu’il honore la fragilité et la non-reproductibilité du concert, il est un interprète total, qui serait, ensemble, soliste, orchestre et chef d’orchestre.

Pierre Henry a toujours été un solitaire, sans ascendant ni descendant. Le seul héritage qu’il ait recueilli est l’artiste-créateur-démiurge tel que, au XIXe siècle, de grands devanciers (Baudelaire, Berlioz et Flaubert mais, par-dessus tout, Beethoven et Hugo) l’avaient établi. Comme son contemporain Stockhausen, il a été le célébrant de cette cérémonie qu’est un concert : « La cérémonie du concert, comme celle de la création, s’apparente au rituel de la prière, de la messe. »3 Regardant, en musicien, le concert comme l’horizon et la finalité qui modèlent chacune de ses œuvres à venir, il en a cultivé les rites (d’où les nombreux textes sacrés et messes qu’il a mis en musique) et la puissance démiurgique (d’où ses dilections pour les cosmogonies). Selon lui, la musique concrète est, à la fois, théâtre des sons, « mise en scène »4 et « opéra retrouvé »5 où la voix – la plupart du temps métaphorique ou tapie – est omniprésente. Disposer les haut-parleurs (d’une dispersion maximale à une concentration en une unique façade) est assurément un geste scénographique qui, dans chaque salle différente, renouvelle l’identité-même de l’œuvre. Mobile et incertaine dans ses territoires, l’œuvre lui est davantage un processus nourri de greffes successives qu’un objet achevé et circonscrit dont le compositeur pourrait se détacher. L’inachèvement est au cœur de chacune de ses œuvres, dont il tient à réaliser lui-même chaque étape.

Le rivage concret

Durant ses deux premières décennies créatrices, Pierre Henry a inventé une musique qui, souvent perçue comme incongrue, a cousiné avec le surréalisme (juste après 1945, il connut une résurgence) et avec la dialectique abstrait-concret dont les arts plastiques étaient alors hantés. Depuis ses débuts, il se tient à l’écart de la pure abstraction : en écho aux peintres du groupe Nouveaux Réalistes (fondé en 1960) qui préservent au moins un lien avec le figuratif, il maintiendra toujours, dans ses compositions, un son qui s’attache à une image concrète. Son vaste catalogue l’atteste, rares sont ses œuvres abstraites ; deux d’entre elles usèrent du sérialisme : Antiphonie et Vocalises. Façonner des matériaux électroacoustiques ne l’a jamais coupé de la musique classique qu’il avait apprise au Conservatoire, au point d’écrire des messes, opéras, symphonies et variations.

Assurément, Pierre Henry entend la Nature avec une rare acuité :

« Mon premier choc n’a pas été Messiaen, cela a été la nature ; et Messiaen, cela a été la nature organisée. […] J’ai toujours été imprégné des sons de la nature […]. Mais ils étaient pour moi plus une source qu’une cérémonie. Ils me permettaient, à l’intérieur, d’entendre des sons nouveaux […]. Il y avait une espèce d’alliage, de transmutation qui se fabriquait à l’intérieur de moi-même. Les sons de la nature, on les entend une première fois mais on les réentend en soi, après. On les réentend quand on est seul, et c’est alors qu’ils sont plus inouïs. » 6

Cette transmutation signifie que Pierre Henry n’honore jamais le sens premier attaché aux sons qu’il enregistre in situ : les détournant, il en use tel un peintre qui, dans son atelier, évoque, de mémoire, la nature. En ce sens, il crée une Nature fictive, ou plutôt le simulacre d’une « nature naturelle » ; sa poétique le rapproche donc de la théorie baroque de la nature. Il agit de même à l’égard des sons d’instruments acoustiques, qu’il ne capte que pour mieux les transformer. Et même si Pierre Henry reproche encore, à l’instrumentarium classique, ses attaques imprécises et différées, ses instruments élus indiquent des tropismes auditifs : flûtes, tuba, violoncelle et, par-dessus tout, les cordes pincées (clavecin, harpe, etc). Comme tous les compositeurs désireux d’inscrire l’être humain (microcosmique) dans le macrocosme, il rêve d’une sorte d’orgue universel. Tout le portrait d’un mélancolique …

Dans ses premières années, Pierre Henry a forgé son langage musical à partir de brèves unités sonores monothématiques (des « bidules ») et par ses multiples créations mixées-diffusées en direct pour la Radiodiffusion Française. Pour arpenter ce monde électroacoustique alors dépourvu de lois, il adopta une démarche initiale primordiale – classer et cataloguer des sons – qui allait structurer son travail.

« Ranger des sons, ça a l’air simple. En fait, c’est inextricable : mes systèmes de classement sont comme un sujet d’opéra que pourrait écrire Borges. Le classement ! Ma bibliothèque de Babel ! Toujours inachevé, éternellement recommencé, dynamique malgré son irrémédiable imperfection, le classement est à lui seul le moteur de ma création. Pour moi, classer c’est créer. D’ailleurs, je classe mes classements. Tous les trois ans, je déchire mes répertoires et rédige de nouvelles fiches en fonction de paramètres et postulats nouveaux. »7

La divergence fondamentale entre Pierre Schaeffer et Pierre Henry est patente : là où, avec son Traité des objets musicaux, l’aîné pensait en ingénieur et en scientifique, son disciple créait en improvisant avec virtuosité (surtout au regard des technologies rudimentaires dont il disposait alors) et en inventant sons et processus. Sans doute en écho à la croyance infinie dans le progrès qui régnait alors, les processus que Pierre Henry avait choisis relevaient essentiellement de la prolifération dans des territoires illimités et mobiles, en une expansion organique permanente. Au regard de l’art de composer, ils ont aidé à abolir de multiples dialectiques : entre le musical et le matériau ; entre la matière musicale (celle qui fait « œuvre ») et l’espace, acoustique et social, dans lequel cette matière est projetée ; entre l’intime et l’altérité ; entre l’humain et le cosmique.

Cosmogonies

Au milieu des années 1970 et peut-être en résonance avec les premières préoccupations écologiques, Pierre Henry pensa avoir conquis tout son territoire disponible. Aussi se redéploya-t-il dans trois directions. Il accrut sa démarche esthétique et sa recherche « du beau son »8. Il entreprit des rétrospectives personnelles, tel, en 1976, Parcours-Cosmogonie (sa durée approche les dix-neuf heures) : « toutes mes œuvres antérieures à 1976 y sont charcutées, mises en pièces et réorganisées thématiquement. L’idée de classement devient un véritable argument dramatique. »9. Enfin, depuis lors et en une autre similitude avec Stockhausen (à partir de Stimmung (1968), il s’attache à conquérir des durées encore plus longues et des espaces poétiques et cosm(ogon)iques encore plus vastes.

Une cosmogonie selon Pierre Henry est moins un ordre rigoureusement édifié (alla Stockhausen) qu’un vaste espace que, ça et là (tel le livre mallarméen), constellent des œuvres-rituels. Pour l’essentiel, ces dernières naissent d’une totale altérité : des réalisations créées par d’autres artistes. Dans cet acte par lequel il se mesure avec ses alter ego, Pierre Henry est moins stimulé par des sons que par du graphié, que cet écrit soit littéraire ou soit une création plastique : « Ma bibliothèque est la source de mes rituels »10. Sa nourriture est plurielle. Des mythes : Orphée. Des textes sacrés : Livre tibétain des morts ; et la Bible (les quatre Évangiles et L’Apocalypse)]. Et divers poètes et prosateurs : Artaud, Caillois, Flaubert (La tentation de Saint-Antoine), Hugo (Dieu), La Fontaine, Lautréamont (Les chants de Maldoror), Michaux, Milton (Le paradis perdu), Proust, Rimbaud (Une saison en enfer) et Vian. Quant à ses collaborations avec ses alter ego vivants, elles sont multiples. Des chorégraphes : certes Maurice Béjart, mais aussi Carolyn Carlson, Merce Cunningham, Maguy Marin et Alwin Nikolaïs. Des cinéastes : Marc Allégret, Luis Buñuel, Marcel Carné, Henri Decoin, Jean Grémillon, Alain Resnais, Jean Rouch, Ken Russell, Dziga Vertov ou François Weyergans. Et des plasticiens : Arman, Jean Degottex, Jean Dubuffet, Yves Klein, Georges Mathieu et Nicolas Schöffer.

Chez Pierre Henry, la spéculation touche à sa poétique et non à son langage, où l’expérience première, tactile, et le vécu (physique, mental et social) du musicien demeurent un absolu primordial. À ces deux aspects, s’en ajoute un troisième, singulièrement conséquent : depuis que, avec fracas, il a quitté la tutelle de Pierre Schaeffer, Pierre Henry a volontairement œuvré dans ses propres studios (à la façon du cinéaste Jean-Pierre Melville, dans son studio de la rue Jenner), en un farouche isolat : loin du réseau des institutions culturelles qui constituent le service public de la culture ; et à l’écart des deux grands lieux de la musique électroacoustique en France (INA-GRM et IRCAM). Ainsi la perception que le monde musical porte sur Pierre Henry est-elle écartelée et éclatée : en s’appuyant sur une part résiduelle de son travail, deux générations successives de jeunes (vers 1970, la première fit, de ses Jerks électroniques , un tube de l’industrie du disque ; vers 1990, la musique techno reconnut en lui l’un des pères du sampling et en apprécie encore les aphorismes itératifs, les rythmes dansants et les couleurs astringentes) l’ont adopté et le désignent comme l’un de leurs pères ; à l’opposé, lorsqu’il trace l’histoire de la musique après 1945, le monde de l’université peine à évoquer, au regard de son propre discours théorique, une présence argumentée de Pierre Henry. Et la musique de Pierre Henry n’étant entendue que lorsque le compositeur en organise la diffusion, les occasions de la connaître sont peu fréquentes, à mesure que, fallacieusement, son auteur apparaît comme un augure qui, hors du commun des mortels, dispenserait son message depuis sa grotte domestique.

Entre une perspective historiques des avant-gardes musicales depuis 1945 et le marché mondial des industries culturelles, la singulière poétique de Pierre Henry est encore à saisir ; sa place dans la foudroyante « génération 1925 » demeure à nommer.


  1. Pierre Henry, Journal de mes sons, éd. Actes-Sud, Arles, 2004, pp. 11 et 12.
  2. In vidéogramme : Éric Darmon et Franck Mallet, Pierre Henry, The Art of Sounds, éd. Ideale audience, Paris, 2007.
  3. Pierre Henry, Journal de mes sons, éd. Actes-Sud, Arles, 2004, p. 38.
  4. Pierre Henry, Journal de mes sons, éd. Actes-Sud, Arles, 2004, p. 20.
  5. Pierre Henry, Journal de mes sons, éd. Actes-Sud, Arles, 2004, p. 20.
  6. Notice du disque compact La Ville, composé en 1984, éd. Wergo WER 6301-2.
  7. Pierre Henry, Journal de mes sons, éd. Actes-Sud, Arles, 2004, p. 23.
  8. In vidéogramme : Éric Darmon et Franck Mallet, Pierre Henry, The Art of Sounds, éd. Ideale audience, Paris, 2007.
  9. Pierre Henry, Journal de mes sons, éd. Actes-Sud, Arles, 2004, p. 24.
  10. in vidéogramme : Éric Darmon et Franck Mallet, Pierre Henry, The Art of Sounds, éd. Ideale audience, Paris, 2007.

Sources

© Ircam-Centre Pompidou, 2014

  • Musique électronique / sur support / instruments mécaniques
    • <élec> Antagonismes Hörspiel (Antagonismes I) (1996), 1 h 03 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Antiphonie pour bande magnétique (1951), 3 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Apocalypse de Jean Oratorio électronique en cinq temps (1968), 1 h 41 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Apparitions concertées (1999), 1 h 13 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Astrologie musique du film de Jean Gremillon : 'Astrologie' [1953] (1953), 11 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Aube (1950), 11 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Autoportrait Biographie sonore (1988), 8 h, pas d'éditeur
    • <élec> Battements (2008), 39 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Batterie fugace (1950), 2 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Berlin, Symphonie d'une grande ville musique tirée du Hörspiel 'La Ville' pour le film de Walter Ruttmann [1929] (1985), 1 h 09 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Bidule en mi (1950), 2 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Bidule en ut musique concrète (1950), 01 minutes 51 s., pas d'éditeur
    • <élec> Carnet de Venise (2002), 58 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Ceremony Messe-environnement avec les Spooky Tooth (1969), 46 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Christal/Mémoire Hörspiel d'après Marcel Proust (1988), 3 h, pas d'éditeur
    • <élec> Coexistance (1958), 23 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Comme une symphonie, envoi à Jules Verne (2005), 43 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Comme une symphonie, envoi à Jules Verne II (2006), 45 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Concerto des ambiguïtés (1950), 21 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Corticalart III (1973), 49 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Crescendo (2013), 1 h 04 mn 47 s.
    • <élec> Cérémonie II Symphonie rituelle (1970), 56 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Dans la rue version longue de la 'Sonate d'ondes courtes' (2000), 1 h 03 mn, pas d'éditeur
    • Deux coups de sonnette évocation radiophonique inspirée du 'Journal de mes sons' et autres textes (2005), 1 h 03 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Deuxième symphonie pour seize groupes de haut-parleurs (1972), 1 h 17 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Dieu action de voix, de sons et de gestes d'après 'Dieu' de Victor Hugo (1977), 2 h 25 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Dimanche noir 1 (1951), 3 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Dimanche noir 2 (1951), 3 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Dracula ou la musique troue le ciel (2002), 52 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Enivrez-vous deux concerts spontanés et dansés avec Carolyn Carlson (1974), 1 h 30 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Entité (1959), 6 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Facies (1960), 9 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Faits divers (2003), 31 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Fantaisie Messe pour le Temps présent composé avec Michel Colombier et William Orbit (1998), 22 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Fantasia (1950), 5 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Fragments pour Artaud (1970), 46 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Fragments rituels (2013), 1 h 05 mn 44 s.
    • <élec> Futuristie manifestation sonore et visuelle en hommage à Luigi Russolo (1975), 1 h 36 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Grande toccata (2006), 17 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Granulométrie (1967), 22 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Gymkhana paraphrase polyphonique de la Noire à soixante écrite pour 12 flûtes, 8 hautbois, 5 tubas, 7 tambours, réalisée sur dix pistes pour dix groupes de haut-parleurs (1970), 17 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Haut voltage (1956), 22 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Histoire naturelle, ou Les roues de la terre (1997), 55 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Hugosymphonie Les 4 éléments, spectacle en quatre parties chanté par Martine Viard et un prologue avec jean-Paul Farré (1985), 5 h 05 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Impressions sismiques (2007), 25 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Instantané-Simultané petite cosmogonie dansée par Maguy Marin et son groupe (1977), pas d'éditeur
    • <élec> Intérieur/Extérieur (1996), pas d'éditeur
    • <élec> Investigations 15 formes de vide sonore pour accompagner l'exposition de Degottex : 'Les Alliances' (1959), 34 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Investigations 2 (2008), 41 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Journal de mes sons Hörspiel (1982), 1 h 31 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Kesquidi musique pour un spectacle de Boris Vian à la Rose Rouge avec la voix de Pierre Henry (1954), 8 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Kyldex Spectacle spatio-lumino dynamique et cybernétique de Nicolas Schöffer, Pierre Henry et Alwin Nikolaïs ; collaboration musicale Bernard Bonnier (1973), 2 h, pas d'éditeur
    • <élec> Kyldexstuck Suite de concert d'après Kyldex (1973), 1 h 34 mn, pas d'éditeur
    • <élec> L'homme à la caméra Musique originale pour le film de Dziga Vertov [1929] (1993), 1 h 20 mn, pas d'éditeur
    • <élec> La Grande Apolypse Version de 'L'Apocalypse de Jean' avec Jean Négroni en direct pour certaines séquences (1990), pas d'éditeur
    • <élec> La Xe remix nouvelle version de la 'Dixième symphonie de Beethoven' (1998), 57 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> La dixième symphonie de Beethoven Hommage à Beethoven. Oeuvre combinatoire, composée à partir (1979), 1 h 55 mn, pas d'éditeur
    • <élec> La dixième symphonie de Beethoven nouvelle version (1979-1988), 53 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> La noire à soixante (1961), 24 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> La noire à soixante + Granulométrie avec François Dufrêne (1967), 25 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> La reine verte spectacle de Maurice Béjart (1963), 38 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> La ville Die Stadt, Metropolis Paris. Hörspiel (1984), 1 h 52 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Labyrinthe ! (2003), 57 minutes, pas d'éditeur
    • <élec ircam> Le Livre des Morts égyptien bande pour film (1988), 1 h 06 mn, Inédit [note de programme]
    • <élec> Le fil de la vie (2012)
    • <élec> Le voile d'Orphée 1 (1953), 27 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Le voile d'Orphée 2 (1953), 16 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Le voyage (1962), 50 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Les douze heures de la nuit musique originale pour un film de Jean Baronnet (1987), pas d'éditeur
    • <élec> Les petits métiers Hörspiel inspiré de musique de films de Pierre Henry (1995), 50 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Les sept péchés capitaux en 2 parties et 14 mouvements (1998), 1 h 57 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Lumières oeuvre en trois parties (2003), 1 h 30 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Ma grande Pâque russe (1993), 8 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Machine danse suite pour le disque reprenant des mouvements de 'Kyldex' et de 'Ceremony II' (1973), 48 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Maldoror version concert en 12 séquences (1992), 1 h 09 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Maldoror/Feuilleton Feuilleton radiophonique d'après 'Les Chants de Maldoror' de Lautréamont en 50 épisodes (1991-1992), 7 h 41 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Messe de Liverpool (1967), 47 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Messe pour le temps présent un prologue et quatre jerks composés pour le ballet de Maurice Béjart (1967), 13 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Micro-rouge I (1951), 2 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Micro-rouge II (1951), 3 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Microphone bien tempéré (1950-1951), 45 minutes, Inédit
    • <élec> Miroirs du temps (2008), 23 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Mise en musique du corticalart improvisations sur un système inventé par Roger Lafosse (1971), 51 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Mobile Musique originale pour un ballet de Maurice Béjart avec clavecin Bach (2002), 22 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> More Remix d'un titre du trompettiste de jazz Erik Truffaz (2000), 12 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Mouvement perpétuel (1951), pas d'éditeur
    • <élec> Mouvement-Rythme-Étude Barre-fiction dédiée à Maurice Béjart (1970), 1 h 06 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Murmures (2006), 59 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Musique pour une fête (1971), 48 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Musique sans titre (1951), 27 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Notations sur La Fontaine Feuilleton radiophonique en vingt épisodes de dix minutes d'après les Fables de La Fontaine (1995), 3 h 20 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Orphée 51 ou Toute la lyre musique concrète, pantominme lyrique avec soprano, mezzo-soprano, contralto, ténor, deux récitants, mime et bande (1951), 30 minutes, Inédit
    • <élec> Orphée 53 opéra concret pour trois voix, clavecin, violon et bande (1953), 20 minutes, Inédit
    • <élec> Orphée ballet Ballet de Maurice Béjart (1958), 1 h 28 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Orphée dévoilé (2005), 44 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Ouverture de la bouche (1984), 30 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Par les grèves remix du 'Prélude à l'après midi d'un faune' de Claude Debussy (2001), 6 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Paradis perdu spectacle chaotique et rituel d'après Milton (1982), 2 h 02 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Paradise Lost avec la collaboration de Gilbert Artman et le groupe Urban Sax (1983), 47 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Parcours-Cosmogonie structuration thématique et inédite en 12 concerts du répertoire de Pierre Henry (1976), 19 h, pas d'éditeur
    • <élec> Perpetuum espace de fascination pour transformations d'images de Thierry Vincens (1979), 34 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Phrases de quatuor (2000), 17 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Pierres réfléchies d'après Roger Caillois (1982), 35 minutes
    • <élec> Pleins jeux (2007), 49 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Portrait-souvenir Hommage à François Dufrêne (1986), 32 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Poussière de soleils live avec Erik Truffaz (2001), 46 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Prisme Extrait de Kyldex, Opéra électronique et cybernétique (1973), 15 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Prismes suite de concert d'après Kyldex, version discographique en 8 mouvements (1973), 46 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Pulsations (2007), 1 h 10 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Périphrases sur la Symphonie pour un homme seul d'après les éléments originaux de la version intégrale créée en 1950 avec Pierre Schaeffer (1985), 51 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Requiem profane (2002), 57 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Sahara aujourd'hui musique pour le film de Pierre Gout et Pierre Schwah (1957)
    • <élec> Schatenzonen version radiophonique (2003), 1 h 11 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Schubert 97 (1997), 15 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Schubertnotizen Hörspiel d'après une biographie romancée de Schubert par Friederike Mayröcker (1994), 25 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Sonate d'ondes courtes (2002), 33 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Spatiodynamisme enrironnement cybernétique (1955), 9 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Spirale (1955), 4 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Symphonie monoton (1960), 37 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Symphonie pour un homme seul (1950, 1951), 21 minutes 22 s., pas d'éditeur
    • <élec> Tabou clairon (1951), 1 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Tam Tam I, II, III, IV (1950), 14 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Tam Tam concret (1950), 3 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Tam-tam du merveilleux (2000), 1 h 44 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Timbres-durées composé avec Olivier Messiaen (1952), pas d'éditeur
    • <élec> Tokyo 2002 (1998), 6 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Trajectoire (2007), 58 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Tram train de Mulhouse deux versions différentes des annonces sonores pour 2 lignes et 28 stations (2006), 16 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Un monde lacéré pour dispositif électroacoustique (2008), 46 minutes 05 s., pas d'éditeur [note de programme]
    • <élec> Une château de sons Hörspiel en trois parties (précédemment 'Une maison de sons') (1989), 1 h 22 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Une tour de Babel premier épisode de 'L'homme au microphone', en 7 mouvements (1998), 57 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Utopia Hommage à Claude-Nicolas Ledoux, architecte visionnaire (2007), 1 h 02 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Variance en hommage à Luc Ferrari (2006), 20 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Variance II (2008), 23 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Variations pour les cordes du piano 1 (1953), 1 h 27 mn, Inédit
    • Variations pour les cordes du piano II (1988), 1 h 04 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Variations pour une porte et un soupir Hommage à Arman, version de concert en 25 mouvements (1963), 47 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Variations pour une porte et un soupir version ballet (1963), 30 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Vocalises (1952), 3 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Voir l'invisible musique du film de Jean-Claude Sée, composée et jouée par Pierre Henry sur instruments préparés (1949), Inédit
    • <élec> Voyage initiatique (2004), 1 h 07 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Écho d'Orphée (1988), 34 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Écho d'Orphée Version discographique (1990), 40 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Équivalences Hörspiel (2002), 52 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Étude à Chopin (1951), 4 minutes, Inédit
  • Musique soliste (sauf voix)
    • <élec> Concerto sans orchestre pour piano solo et sons enregistrés, traversée des Cercles de l'Enfer du Dante en compagnie de Franz Liszt. (2000), 1 h 06 mn, pas d'éditeur
    • <élec> Duo avec piano (2003), 23 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Métamorphoses d'Ovide I (2004), 40 minutes, pas d'éditeur
    • <élec> Métamorphoses d'Ovide II (2004), 50 minutes, pas d'éditeur
    • Sonatine pour piano préparé (1951), 4 minutes, pas d'éditeur
  • Musique vocale et instrument(s)
    • <élec> Métamorphoses grand spectacle audio-visuel pour rayons laser, corticalart, bandes magnétiques, orgue et voix en direct (1977), 2 h, pas d'éditeur
    • <élec> Noces chymiques rituel féérique en sept journées, d'après le récit alchimique de Jehan Valentin Andrea. (1980), 2 h 20 mn, pas d'éditeur

Discographie

Édition Pierre Henry en quatre coffrets Philips de 19 disques comprenant 32 œuvres, 1949-1999
  • Mix Pierre Henry 01.0, Une tour de Babel ; Tokyo ; Apocalypse de Jean ; Messe de Liverpool ; Fantaisie messe pour le temps présent ; Granulométrie, coffret de 5 Cds Philips 464.403-2.
  • Mix Pierre Henry 02.0, Symphonie pour un homme seul ; le voyage ; Mouvement-rythme-étude ; Le livre des morts égyptien ; Investigations, coffret de 4 Cds Philips 464 532-2.
  • Mix Pierre Henry 03.0, Variations pour une porte et un soupir ; La reine verte ; Futuristie ; Antagonismes IV ; Hugosymphonie/Gouttes d'eau, coffret de 4 Cds Philips 468 522-2.
  • Mix Pierre Henry 04.0, Pierres réfléchies ; La noire à soixante ; Gymkhana ; Fragments pour Artaud ; Entité ; Prisme ; Dieu ; « Les années cinquante » 2 Cds : Microphone bien tempéré ; Concerto des ambiguïtés ; Musique sans titre ; Spirale ; Voile d'Orphée ; Spatiodynamisme ; Haut-Voltage ; et Coexistance, 5 Cds Philips, 472.201-2.
  • Pierre HENRY, Interieur / Extérieur, 1 Cd Philips 462 132-2 (1996).
  • Pierre HENRY, La 10ème remix, 1 Cd Philips 462 821-2.
  • Pierre HENRY, Messe pour le Temps Présent et musiques concrètes de Pierre Henry pour Maurice Béjart, 1 Cd Philips 456 293-2.
  • Pierre HENRY, Messe pour Temps Présent ; Psychérocksessions, 2 CD des remix des jerks de la Messe pour le Temps Présent par une douzaine des meilleurs D’J de la scène électronique actuelle, Philips 464 972-2.
  • Pierre HENRY, Ceremony, avec les Spooky Tooth, Philips vinyl 480 0288.
  • Pierre HENRY, La ville/ Die stadt Metropolis Paris, 1 Cd Wergo 286 301.
  • Pierre HENRY, Dracula, 1Cd Philips 476.114-5.
  • Pierre HENRY, Voyage initiatique, 1 Cd Philips 476. 730- 0.
  • Pierre HENRY, Labyrinthe! Ina-c-2022- M10:275.262.
  • Pierre HENRY, Deux coups de sonnette, Radio France-France Culture-Collection « Signatures », 2006, DDD-SIG 11053-HM CD 83.
  • Pierre Henry 8.0, Pulsations ; Grande toccata ; Utopia ; Comme une symphonie, envoi à Jules Verne ; Impressions sismiques ; Histoire naturelle ou les roues de la terre, coffret de 3 Cds, Philips 4800289.
  • Pierre HENRY, Béjart compilation amoureuse dédiée à Maurice par Pierre Henry, Anthologie des musiques de ballet pour Maurice Béjart, 1 Cd Philips 4800537.
  • Pierre HENRY, L'Apocalypse de Jean, 2 Cds Decca 480 0537, 2013.

Pierre Henry Odyssée, coffret de 10 cds, Decca 476 514-2, 2012

  • CD 1, Le Fil de la vie.
  • CD 2, La Noire à soixante ; Granulométrie ; Variations pour une porte et un soupir.
  • CD 3, Le Voyage, d'après le Livre des morts tibétain ; Prisme.
  • CD 4, Futuristie.
  • CD 5, Messe pour le temps présent, avec Michel Colombier ; La Xe remix.
  • CD 6, Messe de Liverpool ; Pierres réfléchies.
  • CD 7, Mouvement-Rythme-Etude.
  • CD 8, Envol ; Pulsations.
  • CD 9, L'Art de la fugue odysée ; Coexistence.
  • CD 10, Paroxysmes ; Tokyo 2002.

Filmographie

  • Eric DARMON, Franck MALLET, Pierre Henry ou l’art des sons, DVD du film Idéale Audience, coll. « juxtapositions », volume 11/ DVD9DS43.

Bibliographie

  • Michel CHION, Pierre Henry, Fayard, Paris, 2003.
  • Pierre HENRY, Journal de mes sons, Actes Sud, 2004.
  • Geir Egil BERGJORD, La Maison de sons de Pierre Henry, Fage éditions, 2010.