! Informations antérieures à 2002 : mise à jour à venir

José Evangelista

Compositeur canadien d'origine espagnole né en 1943 à Valence

José Evangelista poursuit une démarche où il explore des façons de faire une musique basée exclusivement sur la mélodie. Il a ainsi développé, autant pour des petits ensembles que pour l'orchestre ou le clavier, une écriture hétérophone d'après laquelle la ligne mélodique, engendrant des échos d'elle-même, crée une illusion de polyphonie. Sa musique prend ses racines d'une vision très large de la tradition : à ses origines espagnoles se sont greffées l'influence du gamelan indonésien, de l'avant-garde occidentale et des musiques modales.

Evangelista est né à Valence (Espagne) en 1943. Il a commencé ses études musicales avec Vicente Asencio mais il a parallèlement fait des études scientifiques (maîtrise en physique) et par la suite travaillé en informatique, ce qui l'a amené au Canada. Installé à Montréal en 1970, il a étudié la composition avec André Prévost et Bruce Mather. Depuis 1979 il est professeur à l'Université de Montréal. Également actif dans l'animation, il a été membre fondateur de plusieurs sociétés de concerts et en 1987 il a créé l'Atelier de gamelan balinais de l'Université de Montréal. Il a remporté plusieurs prix dont celui de la SOCAN en 1997 et reçu de nombreuses commandes, notamment de l'Itinéraire (Paris), du Kronos Quartet, du Groupe vocal de France, de la Société de musique contemporaine du Québec, de Radio-Canada et de Chants Libres. Ses oeuvres ont été jouées au Canada, aux États-Unis, en Europe, en Asie et en Australie par des ensembles tels que l'Ensemble Modern (Francfort), le Nieuw Ensemble (Amsterdam), Music Projects (Londres), l'Orchestre philharmonique de Radio-France, l'Orchestre symphonique de Montréal, I Musici de Montréal et le Nouvel Ensemble Moderne (Montréal). Entre 1993 et 1995, il a été compositeur résidant à l'Orchestre symphonique de Montréal. Présentement, il prépare un opéra pour la compagnie montréalaise Chants libres.


© Ircam-Centre Pompidou, 1998