mise à jour le 31 August 2020
© Françoise Janicot / ADAGP

Bernard Heidsieck

Poète et plasticien français né à Paris le 30 novembre 1928 et mort le 22 novembre 2014 dans cette même ville.

Bernard Heidsieck naît à Paris le 30 novembre 1928 et meurt dans cette même ville le 22 novembre 2014. Diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris (1952), il fait carrière à la Banque française du commerce extérieur (1953-1988). Il est, avec François Dufrêne, Brion Gysin et Henri Chopin, un des pionniers de la poésie sonore.

En 1955, la publication de son recueil Sitôt dit (Seghers) lui ouvre les yeux sur l’impasse institutionnelle et médiatique d’une poésie circulant en vase clos, imprimée sur des pages objets de stérile fétichisation. Il fréquente le Domaine musical de Pierre Boulez, y découvre avec enthousiasme Gesang der Jünglinge de Stockhausen (15 décembre 1956), qui finit de le convaincre du retard de la poésie. Sa première série de poèmes, « Poèmes-partitions » (25 pièces, 1955-1965), assignent alors radicalement à la page tapuscrite le rôle fonctionnel de support de notation, le poème n’étant réalisé qu’une fois lu en public par son auteur. Plusieurs étapes techniques en infléchissent notablement la composition et la transmission. En 1959, l’acquisition d’un magnétophone monophonique permet d’enregistrer les « Poèmes-partitions » jusqu’alors lus en cercle restreint. En 1961, avec le Poème-partition J, sur les peintures de Françoise Janicot, son épouse, il commence à travailler directement la bande magnétique. Instrument d’enregistrement et de diffusion, le magnétophone devient alors outil de création d’une écriture sonore, art des sons fixés sur support, comme la musique concrète. En 1962, il découvre les performances de Fluxus au Domaine poétique (Jean-Clarence Lambert). L’année suivante, il y lit Poème-partition B2 B3 ou Exorcisme en superposant voix enregistrée et voix directe, modalité récurrente de ses futures lectures-performances, et forge le concept de « poésie action », soit une pensée de la communication physique et scénique du poème dans un espace-temps donné.

Les « Poèmes-partitions » sont notamment influencés par la musique électroacoustique et la peinture (Abstraction et Nouveau Réalisme). Les deux séries suivantes, « Biopsies » (13 pièces, 1965-1969) et « Passe-partout » (29 pièces, 1969-1980) opèrent par prélèvements sur le corps social, constituant, par leur banalité revendiquée, des poèmes trouvés et des documents critiques de la société de consommation. L’acquisition d’un Revox A 700 étend le champ de ses expérimentations, notamment stéréophoniques : Vaduz (1974), Canal Street (1976). Et le Passe-partout n° 25, Sisyphe (avril 1977) est enregistré au studio de Fylkingen (Stockholm) sur 4 pistes, l’usage de technologies nouvelles impliquant l’investissement d’autres lieux de création mais aussi de diffusion.

C’est le cas, avant les années 1980, des festivals de musique électroacoustique. Le Text-Sound Compositions Festival (1968-1977, Fylkingen, Stockholm), le Festival international de musique expérimentale de Bourges, où Heidsieck est lauréat du 3e concours de musique électroacoustique pour Vaduz en 1975, ou encore les Concerts manifestes (novembre 1979, Porte de la Suisse, Paris) réunissent une communauté internationale autour des écritures musicales et poétiques électroacoustiques. Heidsieck organise quant à lui dès janvier 1976 un Panorama de la poésie sonore internationale (Atelier/exposition Annick Le Moine, Paris) mêlant auditions de bandes magnétiques et soirées de poésie-action. Son catalogue, Poésie action Poésie sonore, dresse le bilan des années 1955-1975. Par la suite, des festivals nomades et pluridisciplinaires comme Polyphonix (créé par Jean-Jacques Lebel en 1979), des manifestations ponctuelles comme les Rencontres internationales de poésie sonore, qu’Heidsieck organise avec Michèle Métail au Havre, à Rennes et au Centre Pompidou (janvier-février 1980) ou des rendez-vous réguliers comme La Revue parlée créée et animée par Blaise Gautier entre 1977 et 1992 au Centre Pompidou, se multiplient.

Ses deux dernières séries d’œuvres Derviche/Le Robert (26 pièces, 1978-1985) et Respirations et brèves rencontres (60 pièces, 1988-1995) s’intéressent plus spécifiquement à « ce que parler veut dire ». La première, intégralement enregistrée en studio sur 8 pistes sur une durée de trois ans, est un abécédaire réalisé à partir des dix premiers mots de chacune des lettres de l’alphabet du Grand Robert dont le sens lui est inconnu. La seconde est constituée de dialogues avec des poètes illustres dont le souffle est la seule marque de présence et de réponse à ses propos.

Heidsieck est également l’auteur de séries d’œuvres visuelles réalisées dès 1970, « écritures/collages », composées d’éléments constituant son quotidien (photographies d’objets et de lettres d’imprimerie, bandes magnétiques, circuits intégrés, écritures…). 

Il obtient le 17 décembre 1991 le Grand prix international de poésie et préside la commission poésie du Centre National du Livre en 1992. En 2017, le Centre Pompidou crée le Prix littéraire Bernard Heidsieck qui récompense des formes de création littéraires hors du livre.


© Ircam-Centre Pompidou, 2020

Sources

  • Poésie action : variations sur Bernard Heidsieck, textes de Bernard Blistène, Jean-Pierre Bobillot, Anne-Laure Chamboissier et al. ; film d’Anne-Laure Chamboissier et Philippe Franck en collaboration avec Gilles Coudert, Paris, après éditions, 2014.
  • Frédéric ACQUAVIVA, Bernard Heidsieck : ici Radio Verona et autres écritures/collages dans la collection F. Conz, Vérone, Archivio F. Conz / Berlin, Verlag für zeitgenössische Kunst und Theorie, 2010.
  • Bernard Heidsieck, les tapuscrits : poèmes-partitions, biopsies, passe-partout, exposition, Nice, Villa Arson, 18 février-22 mai 2011, Dijon, Les presses du réel / Nice, Villa Arson, 2013.
  • Jean-Pierre BOBILLOT, Bernard Heidsieck : poésie action, Paris, Jean-Michel Place, 1996.
  • Bernard HEIDSIECK, Notes convergentes, Romainville, Al Dante, 2001.

Liens internet

(liens vérifiés en septembre 2020).

Bibliographie sélective

Œuvres de Bernard Heidsieck
  • Bernard HEIDSIECK, Passe-partout, [s.l.] Al Dante, 2009. Livre + 2 CD comprenant l'enregistrement de l'intégralité des « passe-partout » publiés dans ce volume et qui ont été enregistrés, en leur temps, par l’auteur.
  • Bernard HEIDSIECK, Biopsies, Limoges, Al Dante, 2009. Livre + 1 CD comprenant l’intégralité des « biopsies » publiées dans ce volume.
  • Bernard HEIDSIECK, Poèmes-partitions précédé de Sitôt dit, Limoges, Al Dante 2009. Livre + 2 CD comprenant l’intégralité des « poèmes-partitions » publiés dans ce volume et qui ont été enregistrés, en leur temps, par l’auteur.
  • Bernard HEIDSIECK, Vaduz, Limoges, Al Dante / Transbordeurs, 2007. Livre + 1 CD comprenant l’enregistrement de l’intégralité de Vaduz lu par Bernard Heidsieck.
  • Bernard HEIDSIECK, Lettre à Brion Gysin, Romainville, Al Dante, 2005. 1 CD.
  • Bernard HEIDSIECK, Derviche / Le Robert, Romainville, Al Dante / Niok, éditions Léo Scheer, 2004. Livre + 3 CD comprenant l’enregistrement de l’intégralité du Derviche / Le Robert par Bernard Heidsieck.
  • Bernard HEIDSIECK, Notes convergentes, Romainville, Al Dante, 2001.
  • Bernard HEIDSIECK, Le Carrefour de la Chaussée d’Antin, Romainville, Al Dante / Niok, 2001. Livre + CD comprenant l’enregistrement de l’intégralité du Carrefour de la Chaussée d’Antin par Bernard Heidsieck.
  • Bernard HEIDSIECK, Canal Street, Romainville, Al Dante / Niok, 2001. Livre + CD comprenant l’enregistrement de l’intégralité de Canal Street par Bernard Heidsieck.
  • Bernard HEIDSIECK, Respirations et brèves rencontres, Romainville Al Dante / Niok, 1999. Livre + 3 CD comprenant l'enregistrement de l'intégralité des Respirations et brèves rencontres par Bernard Heidsieck.
  • Bernard HEIDSIECK, Partition V, livre-objet, 19 x 19 cm, Paris, Le Soleil noir, 1973. Le livret de 153 p. comporte les partitions et notes d’accompagnement des Poèmes-partitions « V », « B2B3 », « H1 ou Le Quatrième plan », « La Pénétration », « La Convention collective », « La Cage » ; des Biopsies : « La mer est grosse » (n° 1), « Quel âge avez-vous ? » (n° 5), « Bilan ou mâcher ses mots » (n° 7) et des Passe-partout : « La Semaine » et « Ruth Franken a téléphoné ». Les poèmes sont enregistrés sur cinq des six disques souples à deux faces (33 tm), le sixième disque, dont le texte n'est pas transcrit, est une présentation de ses poèmes par l'auteur, dans un dialogue avec François Di Dio, où les paroles de ce dernier ont été supprimées. Édition tirée à 1.200 exemplaires répartis en trois « séries ».
Ouvrages sur Bernard Heidsieck
  • Bernard Heidsieck, les tapuscrits : poèmes-partitions, biopsies, passe-partout, exposition, Nice, Villa Arson, 18 février-22 mai 2011, Dijon, Les presses du réel / Nice, Villa Arson, 2013.
  • Frédéric ACQUAVIVA, Bernard Heidsieck : ici Radio Verona et autres écritures/collages dans la collection F. Conz, Vérone, Archivio F. Conz / Berlin, Verlag für zeitgenössische Kunst und Theorie, 2010. Catalogue + DVD, 23 mn.
  • Jean-Pierre BOBILLOT, Bernard Heidsieck : poésie action, Paris, Jean-Michel Place, 1996.
  • François COLLET, Bernard Heidsieck plastique, Lyon, Fage, 2009.
Articles et chapitres d'ouvrages collectifs sur Bernard Heidsieck
  • Vincent BARRAS, « Entretien avec Bernard Heidsieck », dans Poésies sonores (Vincent BARRAS, Nicolas ZUBRUGG), Genève, Éditions Contrechamps, 1992, pp. 137-146. En ligne : https://books.openedition.org/contrechamps/1301 
  • Anne-Christine ROYÈRE, Gaëlle THÉVAL, « “Des chemins parallèles n’excluent pas flirts, tendresses, violences et passions” : poésie sonore et musique électro-acoustique », dans Orphée dissipé. Poésie et musique aux XXe et XXIe siècles (David CHRISTOFFEL, sous la dir. de), Revue des Sciences Humaines, n° 329/1, 2018, pp. 117-139.
  • Gaëlle THÉVAL, « L’œuvre et la trace : quel statut pour l’archive dans la poésie action de Bernard Heidsieck ? », dans Archives sonores de la poésie (Abigail LANG, Michel MURAT, Céline PARDO, sous la dir. de), Dijon, Les presses du réel, 2019, pp. 143-158.
  • Gaëlle THÉVAL, « Scénographies de l’écrit dans la poésie action de Bernard Heidsieck », dans Poésie & performance (Olivier PENOT-LACASSAGNE, Gaëlle THÉVAL, sous la dir. de), Nantes, éditions Cécile Defaut, 2018, pp. 117-130.
  • Gaëlle THÉVAL, « “Pour un poème-éponge… pour un poème-serpillère”. Poétique des bruits dans la poésie sonore de Bernard Heidsieck », dans L’Autre Musique, n° 4 (Frédéric MATHEVET, Célio PAILLARD, Gérard L. PELÉ, sous la dir. de), mars 2016. En ligne : http://lautremusique.net/lam4-supplement.html
  • « Entretien avec Bernard Heidseick », mené par Jacques DONGUY dans Poésure et peintrie : d’un art, l’autre, exposition, Centre de la Vieille Charité, Marseille, 12 février-23 mai 1993, Marseille, Direction des musées / Paris, Réunion des musées nationaux, 1993, pp. 406-417. 
Revues consacrées à Bernard Heidsieck
  • Frédéric ACQUAVIVA (dir.), CRU (Contemporary Radical Underground), n° 1, 2014-2015, Dijon, Les presses du réel, n. p. Catalogue de l’exposition « Bernard Heidsieck, comme chaque matin », 12 novembre 2014 au 20 janvier 2015, La Plaque tournante, Berlin.
  • Cahier critique de poésie, n° 19, 2009/1, Marseille, Centre international de poésie Marseille / Spectres familiers, 2010.
  • Fusées, n° 17, 2010. En ligne : http://mathiasperez.com/pages/fusees-17.html 
  • DOC(K)S, série 3, n° 4/5, printemps-été 1993. 

Filmographie

  • Poésie action : variations sur Bernard Heidsieck, textes de Bernard Blistène, Jean-Pierre Bobillot, Anne-Laure Chamboissier et al. ; film réalisé par Anne-Laure CHAMBOISSIER et Philippe FRANCK en collaboration avec Gilles COUDERT, Paris, après éditions, 2014, 56 mn.
  • L’atelier d’écriture de Bernard Heidsieck, film réalisé par Pascale BOUHENIC, Avidia Production / Centre Pompidou, 1994, 26 mn.

Émissions radiophoniques

  • H comme... Bernard Heidsieck, de Frédéric ACQUAVIVA, réalisation Pierre WILLER, France Culture, 1re diffusion, 25 novembre 2004.
  • Poésie ininterrompue, n° 19, prod. Claude ROYET-JOURNOUD, réalisation Olivier D’HORRER, France Culture, 1re diffusion, 11-17 août 1975. Bernard Heidsieck est présenté et interrogé par Michel GIROUD.